samedi 29 février 2020

Tunnel of Bones | Victoria Schwab


Tome 2 de Cassidy Blake

Résumé : 

Trouble is haunting Cassidy Blake . . . even more than usual.

She (plus her ghost best friend, Jacob, of course) are in Paris, where Cass's parents are filming their TV show about the world's most haunted cities. Sure, it's fun eating croissants and seeing the Eiffel Tower, but there's true ghostly danger lurking beneath Paris, in the creepy underground Catacombs.

When Cass accidentally awakens a frighteningly strong spirit, she must rely on her still-growing skills as a ghosthunter -- and turn to friends both old and new to help her unravel a mystery. But time is running out, and the spirit is only growing stronger.

And if Cass fails, the force she's unleashed could haunt the city forever.

Voici une traduction personnelle du résumé ci-dessus :

Le mal hante Cassidy Blake … encore plus que d’habitude.

Elle, et son meilleur ami fantôme, Jacob, bien entendu, sont à Paris, où les parents de Cass filment leur show télévisé sur les villes les plus hantées du monde. Oui, c’est sympa de manger des croissants et de voir la Tour Eiffel, mais un vrai danger fantomatique rôde sous Paris, dans les effrayantes Catacombes.

Lorsque Cass réveille accidentellement un esprit effroyablement puissant, elle doit faire confiance à ses talents grandissants de chasseuse de fantômes et se tourner vers ses amis de longues dates ainsi que ses nouveaux amis pour l’aider pour lever le voile sur un mystère. Mais le temps presse et l’esprit de vient de plus en plus puissant.


Et si Cass échoue, la force qu’elle a libérée pourrait bien hanter la ville pour toujours.


Extrait : 

The train rattles as it moves beneath the city.
Shadows rush past the windows, little more than streaks of movement, dark on dark. I can feel the ebb and flow of the Veil, the drumbeat of ghosts on every side.
"Well, that's a pleasant thought," says my best friend, Jacob, shoving his hands into his pockets.
"Scaredy-cat," I whisper back, as if I'm not also creeped out by the presence of so many spirits.
Speaking of cats, Grim scowls up at me from the cat carrier in my lap, his green eyes promising revenge for his current imprisonment. Mom and Dad sit across from us with their luggage. There’s a map of the Metro above their heads, but it just looks like a tangle of colored lines: more like a maze than a guide. I went to New York City with my parents once, and we rode the subway every day, and I still couldn’t tell where we were going.
And that time, everything was in English.
Jacob leans against the wall beside me, and I look out the window again. I study my reflection in the glass—messy brown hair, brown eyes, round face, and the old-fashioned camera around my neck—but the space next to me, where Jacob should be, is empty.
I guess I should explain: Jacob is what he likes to call “corporeally challenged.” Basically, he’s a ghost. No one can see him, except for me. (And a girl we just met named Lara, but that’s only because she’s like me, or I’m like her, someone who’s crossed the line between the living and the dead, and made it back.) If it seems strange, the whole dead-best-friend thing, well, it is, but it’s not the strangest thing in my life by far.
My name is Cassidy Blake, and one year ago, I almost drowned. Jacob saved my life, and ever since, I’ve been able to cross into the Veil, a place filled with the spirits of the restless dead. It’s my job to send them on.
Jacob scowls at that. “Your job, according to Lara.”
I forgot to mention that Jacob can read my mind. Apparently that’s what happens when a ghost pulls a human back from the brink of death—things get kind of tangled up. And if being haunted by a psychic dead boy isn’t weird enough, the only reason we’re here on this train is that my parents are filming a reality TV show about the world’s most haunted cities.
See?
The fact that Jacob is a ghost is starting to seem normal.
“Paranormal,” he says with a crooked grin.
I roll my eyes as the train slows, and a voice on the intercom announces the station.
“Concorde.”
“That’s us,” says Mom, bouncing to her feet.
The train pulls to a stop and we get off, making our way through the crowds of people. I’m relieved when Dad takes Grim’s carrier—that cat is heavier than he looks—and we haul ourselves and our suitcases up the stairs.
When we reach the street, I stop, breathless not from the climb but from the sight in front of me. We’re standing at the edge of a massive square. A circle, really, surrounded by pale stone buildings that reflect the late-afternoon light. Gold trim shines on every surface, from the sidewalk rails to lampposts, fountains to balconies, and in the distance, the Eiffel Tower rises like a steel spear.
Mom spreads her arms, as if she can catch the whole city in one giant hug.
“Welcome to Paris.”

Voici une traduction personnelle de l'extrait ci-dessus :

Le train fait un bruit de ferrailles alors qu’il avance sous la ville.
Les ombres se pressent sur les fenêtres, un peu plus que des vagues de mouvements, noir sur noir. Je peux sentir le flux et reflux du Voile, le battement des fantômes de tous les côtés.
« Et bien, c’est une pensée agréable, » dit mon meilleur ami Jacob, fourrant ses mains dans ses poches.

« Trouillard »chuchote-je en retour, comme si je n’étais pas moi même effrayée par la présence de si nombreux esprits.
En parlant de présence, je sens mon chat Grim me fusiller du regard dans sa cage de transport posée sur mes genoux, ses yeux verts, promesse de vengeance pour son emprisonnement. Maman et Papa sont assis en face de moi avec leurs bagages. Il y a une carte du métro au-dessus de leurs têtes, mais ça ressemble juste à un enchevêtrement de lignes colorées : plus comme un labyrinthe qu’un guide. Je suis allée à New York avec mes parents une fois et on a pris le métro tous les jours et pourtant j’étais incapable de savoir où nous étions. 

Et cette fois-là, tout était en anglais.
Jacob s’appuie sur le mur à côté de moi et je regarde à nouveau par la fenêtre. J’étudie mon reflet dans la glace : des cheveux bruns en bataille, des yeux bruns, un visage rond et un vieil appareil photo argentique autour de mon cou. Mais l’espace à côté de moi, là où devrait être Jacob, est vide.

Je pense que je dois m’expliquer : Jacob est ce qu’il appelle « corporellement invalide. » En gros, c’est un fantôme. Personne ne peut le voir, sauf moi (et une fille qu’on a rencontré il y a peu du nom de Lara, mais c’est seulement parce qu’elle est comme moi, ou je suis comme elle… une personne qui peut franchir la frontière entre le monde des vivants et celui des morts, et revenir). Si ça vous paraît étrange ce truc de meilleure ami mort, et bien… ça l’est, mais ce n’est pas le truc le plus étrange dans ma vie, et de loin.
Mon nom est Cassidy Blake, et il y un an, je me suis quasiment noyée. Jacob m’a sauvée la vie, et depuis ce jour, je suis capable de traverser le Voile, un lieu rempli d’esprits et de morts tourmentés. C’est mon travail de les renvoyer.
Jacob se renfrogne à cette pensée. « Ton travail, d’après Laura. »
J’ai oublié de mentionner le fait que Jacob peut lire dans mon esprit. Apparemment c’est ce qui se passe lorsqu’un fantôme tire un humain des doigts de la mort, les choses s’embrouillent un peu. Et si être hanté par un garçon mort et médium n’est pas suffisamment bizarre, la seule raison pour laquelle nous sommes ici dans ce train c’est parce que mes parents filment une émission de télé-réalité sur les villes les plus hantées du monde.

Vous voyez ?
Le fait que Jacob est un fantôme commence à me sembler normal.
« Paranormal » dit-il avec un rictus tordu.
Je lève les yeux tandis que le train ralentit et une voix dans l’interphone annonce la station.
« Concorde. »
« C’est là qu’on descend, » dit Maman, en sautant sur ses pieds.

Le train s’arrêta et nous descendons, essayant de traverser la foule de gens. Je suis soulagée quand Papa prend la cage de Grim - ce chat est bien plus lourd que ce qu’il n’y paraît - et nous traînons nos valises et nos êtres en haut des escaliers.
Quand nous atteignons la rue, je m’arrête, le souffle coupé non par la montée des marches mais par la vue face à moi. Nous nous tenons au coin d’une énorme place. Un cercle, vraiment, entouré par des bâtiments en pierre pâle qui réfléchissent la lumière de fin d’après-midi. Des ornements en or brillent sur chacune des surfaces, des rampes de trottoirs aux réverbères, des fontaines aux balcons et au loin, la Tour Eiffel se lève comme une lance en acier.
Maman étend ses bras comme si elle pouvait attraper toute la ville dans un seul gros câlin.

« Bienvenue à Paris . »

Extrait du chapitre 1


Mon avis : 

Une vraie lecture doudou malgré le thème des fantômes et des lieux hantés ! 
Il est pour moi meilleur que le premier tome. 

J'étais déjà contente de retrouver ces personnages et cette atmosphère fantomatique et pesante propre au Voile. Mais j'ai d'autant plus apprécié ce tome-ci que les personnages évoluent grandement. Cass est un peu moins têtue que dans le premier et c'est donc plus agréable de la suivre dans ses aventures, ou devrais-je plutôt dire ses péripéties !

Sans spoiler, le "cas" de Jacob m'a vraiment pris aux tripes, je ne pouvais lâcher pas le livre car je voulais absolument savoir ce qu'il allait lui arriver, comment il allait évoluer...

J'aime beaucoup la dynamique entre Cass et Jacob et leur amitié est vraiment belle, on sent réellement la bienveillance qu'ils se portent l'un à l'autre.

C'est bien documenté, on découvre de nouvelles histoires de fantômes et on traverse des quartiers connus de Paris (même si on n'est pas de Paris !). Les Catacombes sont le lieu principal de ce second tome et c'est un lieu bien effrayant, qui donne la chair de poule, Victoria Schwab ne pouvait pas choisir un endroit plus adapté pour son histoire !

Dans ce tome-ci, l'histoire est encore plus prenante que dans le tome 1. J'ai eu l'impression que l'effet angoissant et le rythme était mieux traités que dans le premier et j'ai donc eu beaucoup de mal à lâcher ce livre. 

C'est bien entendu la lecture idéale pour la période d'Halloween et elle a beau faire légèrement frissonner, les personnages et leur amitiés est vraiment un aspect doudou dans lequel on veut s'envelopper. Bref, n'hésitez pas à vous tourner vers cette saga ! En plus l'anglais est vraiment très accessible ! Et si vraiment l'anglais c'est pas votre tasse de thé (héhé, l'anglais, le thé... tu l'as ?), sachez que le premier tome vient de paraître aux éditions Lumen.


Ma note :

16/20


Infos complémentaires :

Genre : Jeunesse, Fantastique
Editions : Scholastic
Date de parution : 2019
Nombre de pages : 304

Aucun commentaire:

Publier un commentaire