dimanche 7 juillet 2019

Les riches heures de Jacominus Gainsborough | Rebecca Dautremer




Résumé : 

De riches heures, comment ça ?
Disons toute une vie...
Celle de Jacominus Gainsborough.
Les feuilles mortes du parc, la pluie, la marée basse.
Un roulé-boulé, un au revoir sur le quai, un bonjour dans un jardin plein de pierres.
Un pique-nique, quelques courses et l'ombre fraîche sous l'amandier.
Tout ça.
Une vie.


Extrait : 



 Quand Beatrix Gainsborough vit naître son dernier petit-fils, elle fut folle de joie.
"Il s'appellera comme son grand-père ! déclara-t-elle.
- N'est-ce pas un nom un peu long pour un si petit-petit ? demanda la maman.
- Rubbish, darling ! rétorqua Beatrix. Jacominus Stan Marlow Lewis Gainsborough est un nom léger et gracieux, qui ira à merveille à ce doux enfant !"
Monsieur et Madame Gainsborough étaient si heureux de l'arrivée du nouveau bébé qu'ils voulurent aussi faire plaisir à sa grand-mère. Ils prénommèrent donc leur fils Jacominus. Tout simplement.


On ne saurait dire précisément la date de son anniversaire.
Et pourtant Jacominus est bien né un jour précis, et précisément par là.
Madame Gainsborough était bien cette maman-ci en rouge et Monsieur, vraiment ce papa-là, juste à côté.

Mais quand on y pense, si Jacominus était né plutôt ailleurs, et unn autre jour, d'une autre dame plus loin, et de ce gars-là, Jacominus n'aurait pas été Jacominus !
Il se serait nommé Policarpe ou César, Agathon ou Byron.
Ou bien Léon, ou même Napoléon, peut-être ?
Il aurait été plutôt celui-ci en bleu, ou la petite boule rose à pois là-bas.
Ou peut-être lui avec ses plumes, ou l'autre avec ses grandes-oreilles ?
Ou il aurait pu être TOI, tiens, pourquoi pas ?

En attendant, c'est bien Jacominus dont parle ce livre.
Pas d'un autre.



Jacominus a eu la chance d'être attendu et aimé par sa famille et ses amis. Et cela l'a rendu fort.
Pourtant, son père avait mauvais caractère (ce qui leur compliquait la vie à tous) et sa mère était bourrée de complexes ( ce qui lui faisait dire pas mal de bêtises). 
Jacominus lui-même avait quelques défauts, il faut bien le reconnaître.
Mais ses amis Policarpe, César, Agathon et Byron aussi. Et Léon et Napoléon tout pareil.


Mon avis : 

C'est d'une beauté ! D'une douceur... Wow et pourtant la fin... triste et belle en même temps. L'histoire d'une vie... d'un lapin timide, un peu introverti mais profondément gentil et rêveur. Bon par contre on sort les mouchoirs pour les dernières pages... L'autrice a le don de vous briser le cœur en une fraction de seconde. Tout est doux et paisible et là BAM la tristesse et la mélancolie t'envahie. 

Les illustrations sont magnifiques. On trouve des références à des grandes œuvres ou du moins à des périodes et des mouvements artistiques dans les grandes planches de dessins. Chaque dessin dégage une douceur, une mélancolie et ils retranscrivent à merveille l'idée de souvenirs.

C'est clairement le genre d'album jeunesse qui est presque plus destiné aux adultes qu'aux enfants. Bref c'est très beau.


Ma note :

17/20


Infos complémentaires :

Genre : Album, Jeunesse
Editions : Sarbacane
Date de parution : 2018
Nombre de pages : 40

Aucun commentaire:

Publier un commentaire